Le Joueur d’échecs de Maelzel

le Turc mécanique

Dans ce livre qui a été traduit par Charles Baudelaire, Edgar Allan Poe s’attaque à un célèbre canular : l’automate joueur d’échecs, construit en 1770 et exposé dans le monde entier durant près d’un siècle. Plus que tout autre automate, il a emporté l’admiration du public car il était capable de jouer – et de gagner – contre un adversaire humain.

L’auteur s’attache à en disséquer la mécanique mystérieuse, et à en révéler la supercherie. Annonçant les réflexions sur l’intelligence artificielle, il nous invite à une passionnante enquête au cœur de la machine.

Poche de la Collection Folio classique – éditions Gallimard – 3.10 Euros

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s