Tsiganes : une mémoire oubliée

En 1944, la France est libérée. Résistants, communistes, Juifs et francs-maçons sont rendus à leur liberté. Toute la France ? Non. La IIIe République du Président Lebrun ne sait que faire des Tsiganes dès la déclaration de guerre en 1939. Ils restent ensuite, sous la IVe République, emprisonnés jusqu’en 1946. Le livre de Kkrist Mirror raconte le sort de ces Gitans français qui vécurent l’enfermement, les brimades, la faim et les conditions de vie inhumaines dans des baraquements sans confort où s’entassaient hommes et femmes, vieillards et enfants, pendant toute l’Occupation et au-delà, dans le camp de Montreuil-Bellay. En exergue, la figure de l’abbé Jollec qui se battit bec et ongles pour aider cette population persécutée par les nazis, mais aussi et surtout par des Français qui avaient laissé leur humanité de côté.

Il n’est pas étonnant que ce beau travail de mémoire soit salué par Serge Klarsfeld, président de l’Association des Fils et des Filles de déportés juifs de France. Il écrit dans sa préface : «  Kkrist Mirror réussit le tour de force, pour un auteur de bande dessinée, de nous intéresser à une histoire sérieuse, originale et profondément humaine qui se déroule dans la France de l’Occupation et qui nous oblige à prendre parti, non pour l’occupé ou pour l’occupant, mais pour plus de compassion et de fraternité dans les rapports humains. »

source Cluny histoires d’histoire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s