Sandrine Kiberlain : « Je voulais parler de l’antisémitisme, parce que ça fait partie de mon histoire personnelle »

C’est une histoire d’un autre temps et dans laquelle, pourtant, on se reconnaîtra forcément. Dans Une jeune fille qui va bien, son premier long-métrage, Sandrine Kiberlain dresse le portrait d’Irène (interprétée par Rebecca Marder), apprentie actrice, amoureuse débutante, fille, petite-fille et soeur aimante, mûe par l’élan de ses 19 ans. Et qui, dans une France de plus en plus antisémite, pendant la Seconde Guerre mondiale, ne voit pas la menace qui gronde.

La réalisatrice, dont les quatre grands-parents étaient juifs polonais, a mis beaucoup d’elle-même dans son film. Et n’a pu retenir ses larmes quand, à l’issue de sa toute première projection à Cannes, elle a été saluée par une standing-ovation, au milieu de l’équipe du film, qui l’a accompagnée.

cliquer pour lire la suite de l’article

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s