Dans « The Father », Florian Zeller nous fait perdre tous nos repères

CINÉMA – “La singularité de ‘The Father’, c’est de mettre le spectateur dans une position assez unique, comme s’il était lancé dans un labyrinthe”. Le long-métrage de Florian Zeller, adapté de sa pièce à succès “Le Père” et depuis doublement oscarisé, sort au cinéma ce mercredi 26 mai. Et promet de faire perdre tous leurs repères à ceux qui iront le voir en salle.

Car “The Father” raconte bien plus que l’histoire d’un homme de 81 ans atteint de démence sénile (Anthony Hopkins) qui vit aux côtés de sa fille (Olivia Colman) aimante mais épuisée. Il met le spectateur dans la tête du vieil homme qui perd peu à peu pied avec la réalité. “J’avais la conviction que le cinéma permettrait d’atteindre cette expérience très intérieure de ne plus savoir où se situe le réel”, se souvient Florian Zeller lorsqu’on le rencontre à Paris, sa statuette dorée entre les mains. “Je voulais que mon film soit une expérience de perte de repères, plus immersive et plus troublante qu’au théâtre, et donc plus émouvante.”

cliquer ici pour consulter la suite de l’article du Huffpost

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s