Face au réchauffement climatique, la loi Climat ne protège pas assez les sols

Mardi 4 mai 2021, l’Assemblée Nationale annonce l’adoption en première lecture de la Loi Climat et Résilience, qui va désormais être soumise au vote du Sénat.

Cette loi a vocation à devenir la principale empreinte environnementale de la présidence d’Emmanuel Macron. Issu en partie des travaux de la Convention citoyenne pour le climat, ce texte a pour objectif principal de réduire de 40% les émissions de carbone de la France d’ici 2030 par rapport à 1990.

Quelle place y est réservée au sol, ce milieu naturel si vulnérable et indispensable à la vie sur Terre? A-t-on pensé à protéger la richesse en danger qui se trouve à nos pieds, sous nos pieds?

Les sols nous nourrissent, portent nos vies et nos activités, hébergent une biodiversité exceptionnelle, jouent un rôle de filtre, participent à la lutte contre le dérèglement climatique… mais pensons-nous à les protéger?

La loi Climat et Résilience n’apporte qu’une toute première pierre à l’édifice de la protection juridique des sols. Elle reconnaît au sol une place importante dans l’environnement, notamment en tant que rempart contre le changement climatique. En effet, entre 2008 et 2017, les sols et la biosphère ont absorbé près de 30% du total des émissions anthropiques de gaz à effet de serre, d’après le GIEC. Un chapitre de ladite loi est ainsi consacré à la lutte contre l’artificialisation des sols.

Mais ce n’est pas suffisant pour protéger ce milieu naturel si fragile qu’est le sol. Il n’est prévu aucune disposition pour régler l’enjeu des pollutions d’origines diverses qui impactent nos sols. Réduire la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers, et encourager un urbanisme plus respectueux du climat sont une nécessité. Mais la lutte contre l’artificialisation des sols ne résout pas la question des millions de mètres carrés de sols déjà pollués en France et qui doivent être réhabilités.

Le sol doit être protégé de toutes les agressions: l’artificialisation certes, mais aussi la pollution industrielle et minière, la pollution agricole notamment via l’usage des pesticides, la pollution par des éléments radioactifs ou pyrotechniques, l’érosion, la déforestation, la désertification, la surexploitation… La loi Climat et Résilience est loin d’être ambitieuse en matière de préservation des sols.

Il faut protéger la santé des populations qui vivent à leur insu sur des terres polluées ou à leur voisinage. Il est important de préserver la qualité des sols pour ralentir l’extinction d’espèces végétales et animales à laquelle nous assistons. Les impacts des sols pollués sur la santé des Français et la perte de biodiversité sont réels, et pourtant rien n’est inscrit dans le projet de loi Climat et Résilience pour y remédier. Ce n’est pas le seul article 68 de ladite loi, qui vise à élargir le délit de pollution des eaux et de l’air aux sols, qui permettra de régler la problématique des sols pollués en France.

source Le Huffpost

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s