de l’importance de savoir jouer aux échecs

Maximilien de Robespierre fréquenta très régulièrement le café de la Régence, le temple des échecs, pendant la révolution.

Cette fréquentation amena bon nombre d’habitués à fuir promptement en le voyant arriver dans l’établissement. Souvent, dans un café désert, il attendait, à sa place habituelle, qu’un adversaire se présenta.

Ce soir là, un jeune homme entra dans le café, s’approcha, toucha son tricorne, prit place en face du chef de la Montagne et réclama un jeu d’échecs. La première partie fut jouée en silence et le tribun perdit.

Le joli et élégant jeune homme aux mains longues et fines, qui ne pouvait être qu’un aristocrate, gagna les deux parties suivantes.

Pour la quatrième et ultime partie que Robespierre réclama, le jeune homme voulut un enjeu. Robespierre perdit à nouveau et demanda quel était l’enjeu. Robespierre bougonna quand il l’apprit car il fut contraint de signer une lettre d’élargissement pour le comte de Romilly qui devait être guillotiné le lendemain.

Son adversaire lui avoua alors qu’il n’était pas un homme mais la fiancée du comte de Romilly et qu’elle avait utilisé ce déguisement pour l’approcher et obtenir la libération d’un aristocrate.

Ce soir là, dans la rue, Robespierre avançait pensif, les mains dans le dos: il avait sauvé la tête d’un aristocrate et s’en réjouissait peut-être.

Une réflexion au sujet de « de l’importance de savoir jouer aux échecs »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s