A l’Assemblée, Eric Dupond-Moretti dénonce « les attaques incessantes et l’instrumentalisation nocive » de la justice

Le garde des sceaux a défendu mardi devant les députés son projet de loi pour la confiance dans l’institution judiciaire, dont certaines mesures suscitent l’inquiétude.

Eric Dupond-Moretti a retrouvé, mardi 18 mai, ses airs de tribun des prétoires à l’Assemblée nationale. Tel l’avocat qui se dresse après le feu nourri des accusations contre son client, le ministre de la justice a plaidé avec force la cause de l’institution judiciaire, violemment critiquée ces dernières semaines. Devant les députés réunis pour débattre jusqu’à vendredi du projet de loi « pour la confiance dans l’institution judiciaire », M. Dupond-Moretti a prononcé un discours très politique qui dépasse largement le contenu de ce texte.

A la veille de la manifestation nationale des policiers, le garde des sceaux a dénoncé « les attaques incessantes et l’instrumentalisation nocive » dont fait l’objet l’institution judiciaire et qui alimentent la défiance des citoyens à son égard. « Que les syndicats de police demandent à ce que les forces de l’ordre soient respectées dans notre pays, c’est légitime (…), mais, la justice, elle aussi, mérite le respect » a notamment lancé le ministre à la tribune du Palais-Bourbon.

Alors que des représentants syndicaux et des responsables politiques ont parlé d’impunité pour les auteurs d’agression contre les membres des forces de l’ordre, M. Dupond-Moretti a martelé que « police et justice sont dans la même barque républicaine ». D’ailleurs il l’assure, « loin des plateaux télévisés, policiers et magistrats travaillent ensemble. »Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Le projet de loi sur la justice rattrapé par le débat sur la sécurité

« Est-ce cela le laxisme ? »

Au-delà des récents drames et de l’émotion qu’ils ont provoquée dans le pays, c’est à l’idée rabâchée selon laquelle la justice est laxiste que l’ex-ogre des assises s’est attaqué mardi. Venu avec ses chiffres, il a appuyé sa démonstration sur une anaphore :

« 132 000 peines d’emprisonnement fermes ont été prononcées en 2019, alors qu’elles étaient 120 000 en 2015 : est-ce cela le laxisme ?

source Le Monde (suite réservée aux abonnés)

Une réflexion au sujet de « A l’Assemblée, Eric Dupond-Moretti dénonce « les attaques incessantes et l’instrumentalisation nocive » de la justice »

  1. Bonjour,
    Les chiffres de Dupont-Moretti sur l’évolution des peines prononcées entre 2015 et 2019 ne prouvent rien; si ce n’est, peut-être, que la progression vient d’une augmentation de la violence ….
    Belle journée à vous
    Gérard

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s