l’art du supplice en France

le supplice de Damiens en 1757 qui avait tenté de tuer Louis XV

On distinguait autrefois la question préparatoire, qui avait lieu avant le jugement, et la question définitive, appliquée avant l’exécution. L’une et l’autre étaient administrées par un bourreau, appelé questionnaire. Les instruments les plus usités pour la torture étaient : les verges, la roue, le chevalet.

On chauffait et brûlait les extrémités des membres; on arrachait les ongles; on chaussait les pieds de brodequins, que l’on serrait graduellement à l’aide de coins; on coulait du plomb fondu dans les oreilles, les yeux, la bouche du patient; on lui faisait avaler de l’eau à pleins sceaux, à l’aide d’un entonnoir; etc. Cet horrible usage ne fut aboli en France qu’à la fin du XVIIIsiècle par une déclaration du roi Louis XVI.

Les pratiques barbares infligées étaient absurdes car de nature à faire avouer des crimes à des suppliciés totalement innocents.

source les Chroniques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s