Jack Lang : « Je veux écrire mes Mémoires, mais je n’y arrive pas »

Il y a quarante ans, dès son arrivée au ministère de la Culture, Jack Lang obtenait le doublement de son budget, instaurait le prix unique du livre et lançait le projet du Grand Louvre. Il se souvient…

L’OBS. Trois livres sortent autour des « années Lang ». Comme si c’était votre anniversaire et non celui de l’élection de François Mitterrand qu’on célébrait ou plutôt comme si, de ses deux septennats, ne restait que la révolution culturelle. Est-ce votre sentiment ?

JACK LANG. Non. De sa présidence restent les libertés dans de nombreux domaines, comme la radio, la télé, les droits des homosexuels, les collectivités locales, la défense des droits de l’homme, des mesures sociales fortes, l’Europe. Et la culture, qui a pénétré la conscience collective. Ce qui demeure, c’est au fond une conception de la vie. Sans François Mitterrand, je n’aurais rien pu faire. Il pensait profondément que la culture devait occuper une place centrale. Nous étions dans la lignée de Jean Vilar qui disait « la culture doit être un service public, tout comme l’eau, le gaz et l’électricité ». A l’époque, nous étions convaincus que, le jour venu, si le jour venait, nous devrions renverser la table. Pour nous, le socialisme, c’était d’abord un changement culturel.

Quant aux livres qui sortent, je n’y suis pour rien. Je ne m’en plains pas, évidemment, d’autant que je n’ai rien eu à faire ! Je veux écrire mes Mémoires, mais je n’y arrive pas…

source Le Nouvel Obs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s