la traite et l’esclavage 1/4

première partie

L’homme qui est doté d’une certaine forme d’intelligence a assez rapidement compris qu’il pouvait ne pas tuer les autres hommes à l’issue des guerres dont il sortait vainqueur et qu’il était préférable de les capturer et de les dresser dans la perspective prometteuse de les faire travailler durement, c’est-à-dire de leur faire suer le burnous pour reprendre une expression qui naîtra un peu plus tard.

Ces captifs pouvaient parfaitement assurer les travaux pénibles et les travaux répétitifs inintéressants à commencer par ceux qui incombaient jusque là aux vainqueurs des guerres sus citées et à leurs proches.

Ces captifs-esclaves pouvaient devenir des domestiques, des objets sexuels (notamment les jeunes femmes), des cultivateurs, des soldats, des rameurs dans la chiourme des bateaux qui sillonnaient la mer Méditerranée, être sacrifiés sur des autels pour s’attirer les bienfaits des dieux etc.

Cette rentabilisation du captif-esclave a vu le jour et s’est perfectionnée au fil des années avec l’expérience. Elle est intervenue à différentes époques, sous des formes diverses, un peu partout sur terre et n’a pas manqué de perdurer pour arriver jusqu’à nous.

La traite négrière vers le Nouveau Monde qui est souvent évoquée en raison de son importance et de sa relative proximité dans le temps est dans la continuité, le droit fil, de la traite interne à l’Afrique Noire qui remonte très loin et de la traite orientale mise en place lors de l’expansion musulmane.

Une réflexion au sujet de « la traite et l’esclavage 1/4 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s