Attentat de Rambouillet : itinéraire d’une dérive fondamentaliste et meurtrière

Les traces numériques de l’assassin d’une fonctionnaire de police, le 23 avril au commissariat de Rambouillet, racontent la radicalisation d’un homme centré sur la religion, l’islam politique, sensible à l’« islamophobie » et aux thèses complotistes.

Quel processus a conduit Jamel G., un Tunisien de 36 ans arrivé clandestinement en France en 2009, et titulaire depuis le 28 décembre 2020 d’une carte de séjour temporaire, à assassiner une adjointe administrative du commissariat de Rambouillet (Yvelines), le 23 avril ? Quels ressorts ont fait basculer ce chauffeur livreur sans histoire dans la dérive meurtrière qui a coûté la vie à Stéphanie Monfermé, mère de famille de 49 ans poignardée à deux reprises, au ventre et à la gorge, en regagnant son lieu de travail ?

L’enquête ouverte vendredi par le parquet antiterroriste s’est rapidement concentrée sur l’environnement et le profil du tueur, inconnu des services de renseignement. Dans une conférence de presse, dimanche 25 avril, le procureur antiterroriste, Jean-François Ricard, a précisé que cinq de ses proches ont été placés en garde à vue : son père, qui l’hébergeait depuis plusieurs années à Rambouillet, à 4 kilomètres du commissariat ; un couple chez qui il s’était fait domicilier administrativement dans le Val-de-Marne ; et deux de ses cousins.

source Le Monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s