« Notre attachement aux libertés est plus superficiel que nous le pensions »

Tribune de Jean-Claude Kaufmann sociologue

Beaucoup s’inquiètent de la montée de la délation dans notre pays, terme qui évoque les heures sombres du régime de Vichy. Le garde des sceaux lui-même s’en émeut. Il est pourtant le garant de l’autorité judiciaire. La délation aurait elle changé de sens ? S’exercerait-elle désormais, non pour renforcer un régime autoritaire, mais du bas vers le haut, du peuple colérique des réseaux sociaux contre les « élites-caviar » − tendance truffe pour les repas de Christophe Leroy [soupçonné d’avoir organisé, à Paris, de luxueux repas clandestins?Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Coronavirus : « Nous ne sommes pas prêts à tout sacrifier pour augmenter notre espérance de vie »

Face à la crise, le jeu des alliances et des oppositions d’idées s’est fortement recomposé dans la population. Autour d’un large marais indécis et quelque peu anesthésié, attendant la suite des événements et l’hypothétique sortie du tunnel, deux groupes fourbissent leurs armes de façon contradictoire.

Irresponsables et provocateurs

A un extrême, les impatients, qui refoulent leur colère ou qui n’en peuvent plus du désir de se retrouver et de faire la fête, les artisans ruinés, les jeunes interdits de vivre leur jeunesse. Un gigantesque réservoir de passions tristes qui alimente la rage antisystème et les dérives complotistes, attendant leur heure pour s’exprimer. La seule image de repas réservés à la haute société, en période de confinement pour le bon peuple, a un effet ravageur, sonnant l’hallali contre le fantomatique « ministre aux cheveux gris » (évoqué de manière incertaine dans une émission de télévision par un serveur censé avoir travaillé lors d’un repas clandestin).

Mais n’en déplaise à Éric Dupond-Moretti, on ne peut qualifier cette traque et ces dénonciations de délation. Il s’agit bien davantage d’une reprise et d’un développement de ce que nous avions déjà connu dans la période des « gilets jaunes ». La délation n’est pas seulement une dénonciation. Elle s’inscrit dans une soumission à l’autorité et se donne pour objectif de renforcer cette autorité.

source Le Monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s